Attention : Je vous préviens ! Ce post est riche en texte et il est long, très long… Mais mon premier vol pour les USA est une longue histoire. C’est soit je ne racontais rien, soit je vous disais tout. J’ai choisi la deuxième option.

(enfin presque, sinon j’aurais pu en faire un livre).

 

Mon premier vol pour les USA

 

Il y a quelques jours, nous avons fêté nos un mois aux états-unis. Un mois déjà que nous sommes arrivés et que nous vivons ici. De mon côté le retour approche un peu plus chaque jour et maintenant je peux dire que j’ai fait la moitié, déjà ! (définitivement, ça passe vraiment vite !)

Je ne suis jamais parti si loin, si longtemps mais ce voyage est tout de même synonyme de bonheur car j’ai toujours voulu voir ce qu’il se passait du côté de l’atlantique ! Je crois que les états-unis attirent ou rebutent. Pour ma part, j’ai toujours été attiré par la joie de vivre que dégage les américains !

Aujourd’hui, j’ai voulu faire un petit retour en arrière et raconter mon expérience.  De l’avion, jusqu’à la douane. Ce fameux vendredi soir, on ne le savait pas encore mais nous allions louper notre avion le lendemain. J’ai longtemps hésité à faire cet article et à raconter ce voyage qui m’a sincèrement, un peu traumatisé mais il fait partie du package Expat/touriste… Alors c’est parti !

Direction la capitale

Le vendredi en fin de matinée, nous avons pris le train pour nous diriger vers Paris Charles de Gaule (notre premier avion décollait la-bas le lendemain matin tôt). Jusque ici, rien d’extraordinaire. Le train est arrivé à Paris, nous nous sommes rendu dans notre hôtel pour la nuit et le lendemain matin, très tôt, nous avons décollé pour Toronto 🙂

Vol Paris Toronto

Préambule : Je ne sais pas pourquoi mais j’adore prendre l’avion. Cela me rappelle des souvenirs d’enfance et puis mon père et ma belle mère travaillent tous les deux à Saint Exupéry, l’aéroport de Lyon. Ca doit me rapprocher de ces énormes engins à deux ailes. Depuis que je suis aux états-unis, j’enchaîne les premières fois. Et bien en l’occurrence, c’était ma première fois dans un énorme avion et avec autant d’heures de vol. A ce moment là, je ne savais pas ce qui m’attendais mais malgré tout, le voyage a été bon et s’est très bien passé.

 

Et là… mes pauvres chéris… ça va refroidir, SEC ! (pas de mauvaise blague avec Toronto S’il vous plaît)

 

air canada avis, air canada test

Ce n’est que le début du vol !

air canada avis, air canada test

C’est l’heure de manger

air canada avis, air canada test

Bientôt l’arrivée à Toronto

 

Ca y est, après 8 ou 9 heures de vol (je ne me souviens plus, tellement c’est long et en plus nous avons le décalage horaire en prime 😉 ), nous arrivons et posons le pied à Toronto. Notre prochain vol est dans 3 heures et nous devons passer la douane US présente à Toronto. Normalement, nos bagages sont directement mis dans notre prochain et dernier avion. Tout est OK !

On se dirige donc vers la douane. Là, sans surprise, une longue file d’attente… Nous ne sommes pas citoyens américains alors nous passons côté immigration avec tous les touristes, comme nous. Enfin, comme moi, plutôt. Comme nous ne sommes pas mariés, nous sommes deux « entités » différentes, nous passerons la douane à deux comptoirs différents. Après plus d’une heure et demi d’attente, nous arrivons devant la ligne  » Le prochain c’est Toi ».

Aparté : J’avais lu tellement de choses négatives sur le passage à la douane, que j’y allait plutôt sereine mais quand même avec une la boule au ventre. J’avais parlé avec des amis qui y étaient allés pour des vacances (= 15 jours maximum) et moi, j’arrivais la fleur au fusil… pour deux mois. Croyez moi, ce n’est pas la même histoire.

Je m’étais fait pas mal de scénario et je me répétais « j’ai 26 ans, c’est ma première fois aux USA, je ne pense pas qu’ils m’ennuieront en pensant que je veux y vivre ». J’AVAIS TORD !

Je suis donc arrivée devant le comptoir avec un air Confiant/ Conquérant/ Sympa/ Pas très rassurée/ à l’aise mais en fait pas du tout je l’avoue. J’étais surtout seule face à cette américaine qui n’avais PAS DU TOUT envie de rigoler. J’étais face à elle en essayant de comprendre les questions qu’elle me posait et surtout en essayant de répondre au mieux. Je vous l’a fait courte… après 5 minutes de questions et 4 empreintes , je terminais dans une salle avec une vieille pochette jaune qui signifiait que j’étais RECALEE. En plus de cela, ma valise avait été rappelée pour fouille (double sentence…). A partir de ce moment là, tu commences à te sentir mal.

Inutile de rappeler les 9h de vol, le réveil à 5h du matin et le décalage horaire de 6 heures… 😀

Pochette jaune en main avec passeport à l’intérieur, je rentre dans une salle pour les immigrants qui n’ont pas passés la première étape.  Je tente de garder mon calme, je suis seule et je ne sais absolument pas à quoi m’attendre. Dans la salle, les portables sont interdits et je ne sais absolument pas si l’homme a passé ou pas la première « barrière douanière ». Quelques minutes  plus tard, le « soulagement ». Il passe la porte de cette salle et nous sommes, tous les deux, à attendre qu’on nous appelle. Je ne suis pas sereine pour autant mais, à deux, c’est mieux.

Après plus d’une heure et demi d’attente, nous avons tous les deux le laisser passer mais, bien sûr, nous avons loupé notre vol Toronto/Saint Louis. 

J’ai testé Air Canada malgré moi

Le seul point positif dans ce ratage de vol, c’est que la compagnie aérienne prend en charge les repas, l’hôtel et se charge de trouver un vol de remplacement. Dans notre cas, le vol Toronto/Saint Louis du lendemain était complet. Nous avons donc fait un Toronto/Chicago, puis, Chicago/Saint Louis.

Je ne m’attarde pas sur ce point mais la compagnie Air Canada a été réellement topissime. L’hôtesse sur laquelle nous sommes tombés a été hyper compréhensive et professionnelle. Nous avons eu des tickets repas pour le soir, pour le lendemain matin et l’hôtel à Toronto. Ce soir là, nous avons passé 3 heures au comptoir de la compagnie Aérienne #BecauseIAmHappy…

Le soir même, nous avons donc passé la douane canadienne et nous nous sommes rendu à l’hôtel. Totalement Jet-lagués, fatigués, exténués même et un peu (voire beaucoup) énervés…

 

air canada test, vol france usa

Notre Chambre à Toronto

Dernier jour de vol pour les US

 

Levés à 5h du matin (encore une fois mais on était plus à ça près), nous avons du repassé la douane américaine… L’hôtesse nous avait dit la veille d’être prêt à passer la douane avant 6h pour éviter l’heure de pointe matinale. Elle nous avait dit aussi que, cette fois, il ne devrait pas y avoir de mal à passer. Je vous passe bien sur les détails de l’enregistrement de nos valises et nous voilà reparti, dans la file d’attente pour passer la douane. Exténuée et à deux doigts de craquer, je dis à l’homme que j’espère sincèrement que cette fois, il n’y aura pas de soucis car émotionnellement, je suis usée, jusqu’à l’os… Je souhaite passer avant lui et me présente au comptoir. J’avais eu le tampon favorable d’un douanier américain la veille, je le montre sans attendre mais cela n’a pas suffit à me laisser passer sans encombre

Ce jour là,  encore, on me donne une pochette jaune et je me dirige vers cette salle de la douane, glauque… Cette fois-ci, je serais seule à y être. L’homme ne me rejoindra pas. Je ne saurais même pas si le personnel de l’aéroport l’a obligé à continuer l’enregistrement pour prendre l’avion. Je tenterais d’expliquer à nouveau (et pour la quatrième fois) que OUI, je suis mon conjoint qui vient travailler ici mais que NON, je ne veux ni vivre ni travailler aux ETATS-UNIS  (surtout avec ce que je viens de vivre…) et que j’ai même déjà mon billet retour...

Exténuée (encore une fois), je commençais à me dire que tant pis, si je devais rentrer en France. J’étais sincèrement fatiguée de tout ça.

Bref, je resterais presque une heure dans cette salle avant d’avoir le laisser passer… En sortant, je m’aperçois que l’homme est là et qu’on l’a autorisé à m’attendre… OUF. A ce moment là, pas le temps de m’apitoyer sur mon sort… Il nous reste à passer la fouille pour les bagages à main et à embarquer pour notre premier vol de la journée. Je n’ai même pas la force d’extérioriser mes émotions. Totalement perdue par le décalage horaire et un peu traumatisée (je pèse mes mots), je suis tiraillé par deux émotions CA Y EST, je suis enfin aux états-unis, au top du top mais d’un autre côté, cet épisode m’a dégoûté et définitivement, les US ce n’est pas une terre d’accueil même pour les touristes…

Je ne pensais pas que cela serait si difficile. Aujourd’hui, je ne regrette rien, c’est sur ! Cet épisode me fait profiter encore un peu plus de chaque jour ici car rien ne me garanti que je serais autorisée à passer, à nouveau, la douane…

Il y autant d’histoire de Douanes que de voyageurs; Je vous ai raconté la mienne et j’espère sincèrement que ce ne sera pas la vôtre… J’en connaît des plus heureuse et plus facile. 😉 heureusement !

En attendant, mon retour en France est prévu pour début Juin mais je suis censée revenir aux USA courant Juillet. Seule cette fois… face à la douane… Again… 

Affaire à suivre… & Souhaitez moi bonne chance, je sais déjà que j’en aurais besoin ! En même temps, le jeu en vaut la chandelle. Je suis plutôt très heureuse d’avoir l’opportunité d’être ici 😉

Pour récompenser les courageux d’avoir lu cet article en entier, voici mes plus belles photos vu du ciel.

 

 

air canada test, vol france usa

En arrivant à Toronto #1

air canada test, vol france usa

En arrivant à Toronto #2

air canada test, vol france usa

En route pour Chicago

air canada avis, air canada test

aeroport chicago

L’aéroport de Chicago

 

 

Pssst : malgré ces difficultés, je réalise la chance que j’ai d’être ici et tous les jours sont de petits bonheurs 🙂 Pour me suivre de plus près, ma page Facebook, c’est par ici !

Pssst Number 2 : Si vous souhaitez réagir ou partagez votre histoire, je serais ravie de la lire ! Vous avez eu des soucis avec les douanes ou bien en voyant vous ?

 

A très bientôt !